5 mythes sur les piétons qui provoquent des embouteillages en marchant distraitement

Des études prouvent que ces mythes ne sont pas vrais, mais personne n’écoute.

Là où j’habite, à Toronto, au Canada, ils commencent enfin à s’intéresser sérieusement à la Vision Zéro. Ils installent des indicateurs “votre vitesse” à un poteau d’un panneau d’arrêt situé de l’autre côté de l’intersection, afin que les conducteurs qui passent le panneau d’arrêt sachent qu’ils vont trop vite, mais qu’autrement, ils seront complètement inutiles.

Oh, et ils vont aussi s’assurer que les piétons ne regardent pas leur téléphone. Cela fait apparemment partie de la nouvelle Vision Zéro ici, et c’est l’un des cinq mythes sur les morts et les blessures des personnes qui marchent dans la ville que Ben Spurr du Toronto Star remet en question, le premier étant bien sûr :

Mythe : Les smartphones sont une des principales causes de blessures chez les piétons.

Spurr note qu’une université de Colombie britannique a étudié 1800 collisions graves ou mortelles et a constaté que seulement 20 % impliquaient des piétons “inattentifs”, et “ce chiffre inclut différentes formes de distraction, et n’est pas spécifique à l’utilisation du téléphone”. Il vient de manquer le nouveau rapport de la ville de New York, dont les notes de Gersh Kuntzman du Streetsblog ont trouvé que seulement 0,2 % des rapports de décès de piétons blâmaient la “distraction électronique”.

“L’utilisation des téléphones portables par les piétons ne semble pas contribuer de manière disproportionnée aux accidents mortels de piétons”, indique le rapport. “En bref, malgré des préoccupations croissantes, le DOT a trouvé peu de preuves concrètes que la distraction à la marche induite par un appareil contribue de manière significative aux décès et blessures des piétons”.

Le DOT a conclu que “les conducteurs sont responsables et les routes doivent être rendues sûres afin que leurs erreurs et leurs excès de vitesse n’entraînent pas la mort”.

Et à Toronto, la moitié des personnes tuées ont plus de 65 ans, ce qui n’est pas un groupe connu pour le tiktoking.

Mythe : La traversée en voiture est toujours illégale.

Ce n’est pas le cas. Si un passage à niveau est marqué, vous êtes censé l’utiliser, et la police utilise une règle empirique de 100 pieds. Mais si vous allez plus loin, vous êtes autorisé à traverser et les conducteurs doivent faire attention à vous. Entre-temps, après qu’une femme a été tuée par un chauffard la semaine dernière alors qu’elle traversait le milieu d’un pâté de maisons pour se rendre à un arrêt de bus (les passages pour piétons avec feux sont distants d’un demi-mille), le politicien local a demandé que l’arrêt de bus soit supprimé.

© Sean Marshall/ La réponse de Toronto aux personnes qui se font tuer : ajouter des signes

Mythe : Les piétons sont généralement responsables s’ils se blessent.

Ce n’est pas le cas, selon Spurr.

Dans une étude réalisée en 2015, le service de santé publique de Toronto a analysé les rapports de police sur les collisions entre 2008 et 2012, et a constaté que dans 67 % des accidents entraînant des blessures et des décès de piétons, les piétons avaient le droit de passage. Dans environ 19 % des cas, les piétons n’avaient pas le droit de passage, et dans 14 % des cas, le droit de passage n’était pas déterminé.

Les collisions graves se produisent dans de mauvaises conditions de conduite.

Spurr constate que c’est le contraire qui est vrai. “Les statistiques de la police montrent que les trois quarts des collisions graves de piétons entre 2007 et 2018 se sont produites lorsque les conditions routières étaient sèches, et plus de la moitié, soit 54 %, se sont produites de jour”. En fait, les gens conduisent plus prudemment lorsque les conditions sont mauvaises.

La réduction des embouteillages améliore la sécurité routière.

C’est la plus pernicieuse, l’idée que si les voitures se déplacent plus rapidement, les piétons seront plus en sécurité. Le maire de Toronto déclare : “Je pense que les embouteillages que nous connaissons dans cette ville font que les gens conduisent souvent de manière dangereuse, car ils essaient rapidement de contourner la circulation lorsque quelqu’un s’arrête juste pour prendre un café”. Il place alors des flics et des agents de circulation aux principaux carrefours, mais ils sont là pour dégager les piétons afin de faire circuler la circulation, et non pour les protéger d’une collision. Mais comme Spurr et tous les vrais défenseurs de la Vision zéro le savent, une circulation plus lente signifie moins de morts chez les personnes qui marchent ou font du vélo.

Et les faits n’ont pas d’importance de toute façon ; les politiciens de New York ont rejeté l’étude du DOT sur la marche distraite et ont déclaré que le DOT devrait se lancer dans “une campagne agressive sur l’importance pour les piétons de ne pas être distraits”. Tous les commentateurs de tous les articles de Toronto et de Twitter disent que, bien sûr, c’est la faute des piétons, ils regardent tous leur téléphone. Cela ne changera pas, car personne ne veut y croire. La vie dans la ville nord-américaine.

Deja una respuesta