Un supermarché britannique s’attaque aux paillettes

C’est peut-être joli, mais ce n’est qu’un autre microplastique toxique.

Une chaîne de supermarchés britannique a annoncé qu’elle allait interdire les paillettes sur tous les produits de marque des magasins. Waitrose a déclaré que d’ici 2020, elle aura trouvé de nouvelles façons d’ajouter des paillettes à des articles tels que les cartes de vœux, le papier d’emballage et les étalages floraux qui n’ont pas l’impact environnemental des paillettes.

Qu’est-ce qui ne va pas avec les paillettes, vous vous demandez peut-être ? Elles sont faites de minuscules morceaux de plastique – pour être précis, de l’aluminium gravé collé sur du polyéthylène téréphtalate. Il s’agit évidemment d’un produit jetable, impossible à réutiliser, et il tombe ou se lave sous la douche. Une fois à l’égout, les morceaux sont trop petits pour être capturés par les installations de traitement des eaux usées et finissent par se retrouver dans les lacs, les océans et les rivières, où ils constituent une menace pour la faune marine.

Les paillettes ont déjà été interdites dans plusieurs endroits au Royaume-Uni, notamment dans certaines crèches et garderies (les enseignants et les parents s’en réjouissent sans doute), ainsi que dans une émission de la BBC intitulée “Strictly Come Dancing”. Cette pratique ne s’est pas encore généralisée comme celle des pailles en plastique et des tasses à café jetables, mais cela viendra probablement avec le temps, à mesure que les gens prendront conscience des problèmes posés par les paillettes. Trisia Farrelly, une anthropologue sociale néo-zélandaise qui fait des recherches sur les déchets plastiques et qui déteste les paillettes, est citée sur MNN :

“Commencez par [interdire] les microbilles, très bien, mais ne vous arrêtez pas là. Il serait ridicule de le faire. C’est une évidence pour les paillettes et les microfibres ; nous devons arrêter de les produire”.

C’est pourquoi nous devrions célébrer les mouvements progressistes comme celui de Waitrose. La transition touchera un quart des cartes de marque, du papier d’emballage, des biscuits de célébration et des étiquettes, ainsi que la moitié des fleurs et des plantes. Voici ce que nous savons jusqu’à présent :

“[Ces produits] seront soit sans paillettes, soit utiliseront une alternative écologique. Elle [prévoit] d’utiliser un feuillage plus vivant dans ses fleurs coupées pour compenser le manque de paillettes, tandis que de nouveaux motifs seraient utilisés pour la papeterie, en particulier les cartes et le papier d’emballage”.

Je soupçonne que nous verrons beaucoup plus de promesses anti-brillants comme celle-ci.

Deja una respuesta